10 minutes with (avec) Lydiane – Osprey Packs Experience
Poco Safety Notices
10 minutes with (avec) Lydiane

10 minutes with (avec) Lydiane

(Version Française en bas de la page)

Interview with Lydiane “Around The World”,

Osprey Packs Canadian Ambassador

Lydiane "Around The World", Osprey Canadian Ambassador

Lydiane “Around The World”, Osprey Canadian Ambassador

In 2013, Lydiane St-Onge made the decision to leave behind her promising real estate broker career, her daily routine and sold all of her belongings in order to venture on a journey exploring the world, pursuing happiness and following her dreams. Her goals: to push both her physical and psychological limits, face her fears, travel in a responsible and engaged manner, meet with the people welcoming her in their community and, above all, inspire people to travel and see the world through different eyes.

The adventures of this dynamic born-to-be-nomad young woman for whom the world is the greatest of playgrounds, quickly gained substantial popularity by drawing the attention of more than 118,000 thousand people on her Facebook and Instagram page Lydiane autour du monde, where she documents and shares her experiences with the public. There is no doubt that her decision to leave everything behind in order to follow her dreams resonates among several of her admirers. Now with her own TV show, a website to advise travellers, the publication of a book in February 2017, a conference tour, and several interviews, Lydiane is on her way to becoming the Province of Quebec’s reference with regard to backpacking travel.

Lydiane in New Zealand

Lydiane in New Zealand

Hi Lydiane. We actually managed to catch up with you on a short break between two trips! So let’s take some time to find out a little bit more about you. Could you briefly introduce yourself to those who don’t already know you?

Hi there. I’m a girl who loves backpacking. In fact, it’s what I do for a living! I write a blog on Facebook, with one goal in mind: sharing all my adventures to help others discover not only the beauty in this world, but also the beautiful people who inhabit it. I would also describe myself as an athletic person who craves new challenges!

Tell us about how your life has changed. What made you decide to go down this road?

My reflection began when I was a real estate broker in Trois-Rivières, when I was working 80 hours a week. In just two years, I had reached my career goals: I had a great salary, a convertible and a house. But I realized that this wasn’t fulfilling for me, because it didn’t bring any balance to my life. I was constantly working and accumulating material things – plus a lot of stress. I got caught in a spiral and couldn’t find my way out. I started reading about happiness. I took some time off to catch my breath and went to Namibia for a month. That trip gave me the opportunity to take a step back and reflect on my situation, which made me realize that life was passing me by, and very quickly, not giving me the chance to savor every moment. When I went back to work, I knew that a month’s vacation wasn’t enough for me. I really needed to get back on the road, to travel freely with no time constraints. And not in 10 years or even in 5 years, but right then and there. I reflected on every aspect of my life and took action. I gave away my business, sold my car, my possessions and my house. And that’s how I started my one-way backpacking adventure.

That first trip is a significant step in everyone’s life. How did you feel about that first experience? What have you achieved, what have you learned, and what were the not-so-pleasant surprises?

Aside from all the camping weekends with my family or my first student trip at 16, I would say that my first major trip was in 2006, when I was 19. I left on a whim for a year in Europe with my sister Léonie, and $2,000 – no kidding! We found a job in France and a place to live before we left, which helped us out financially. But after three months, we’d had enough and began our adventure: we wanted to be free! A new life was waiting for us: deciding one day at a time what we felt like doing, following our instincts, admiring the scenery, having all the time in the world to really stop and look. That’s when I realized that I could live like this forever. I had a new passion.

All the unexpected surprises and all the people we met confirmed that we were on the right path. We made new friends, whom we stay in contact with to this day. Our biggest achievement was having the courage to leave a job that we didn’t like, to give in to our aspirations and travel for a year with only $2,000 to start off with! I know now that I can handle any situation, that I’ll never get into trouble. I know how to get a job anywhere, and I know that my instinct will always guide me in the right direction. And above all, I learned that there is so much to see in the world. And so much to learn!

If I had to change one thing, it would be the weight of my suitcase. It was ridiculously heavy and filled with useless stuff – portable iron, high heels, hair straightener, radio, and way too much clothing!

We also learned the hard way that you can’t trust everyone. Our overly trusting nature landed us in some trouble in Morocco, but fortunately, luck has always been on our side and we came out of it without a scratch. The important thing to do is to find out about a country’s customs and make at least minimal preparations before getting there, to know the rules when entering and leaving a country, to have some cash in the local currency, to know what hotel you’re going to, to know how to say a few words in the local language and, ideally, to have a map of the city.

Cape Town, South Africa

Cape Town, South Africa

The “wanderer” lifestyle appeals to many young people today. But what obstacles need to be taken into consideration and what soul-searching needs to be done? What advice would you give to overcome those obstacles?

When you become a “wanderer,” you first need to ask yourself why. To escape? To seek happiness? This lifestyle is obviously not for everyone. For me, it began as a way to take a giant step back and take stock of my life and the social pressures that came with it. At first, I thought I could find happiness somewhere else.

After two consecutive years of travelling, I noticed that I was recreating some kind of routine everywhere I went: coffee, yoga, getting to know the area, making friends, etc. Yes, I was a wanderer, but I needed something to cling to, a routine to give me that feeling of security. And I missed my family and friends. My encounters during my travels could never replace the people I was close to in Québec. The farther I was, the more I understood how much they meant to me.

So to find the right balance, I started splitting up my trips, leaving more often but for shorter time periods. I now keep a pied-à-terre in Québec, a place that I can call home because once in a while, I need to set my backpack down and put my clothes away in my dresser.

I use Skype a lot to stay in touch with family and friends. Writing a blog is also a lifeline for me! It keeps me close to Québec, and connected to my home.

In short, you realize at some point that travelling just for the sake of travelling is no longer enough. You need to understand why you travel, what you’re searching for, what your goal is. For me, the blog became my goal: taking others along on my travels, and showing them the world’s beauty and diversity through my eyes, my pictures and my stories. But this could also be achieved through volunteer work, a student exchange program, or a job in a foreign country.

I always consider myself a wanderer because I’ll always be on the move. I feel the need to travel at least 6 months a year, but not 6 consecutive months, because I also need to catch my breath once in a while.

Lydiane in New Zealand

Lydiane in New Zealand

What do you bring back  from your trips? I imagine you must look at the world differently?

When I come back from a trip, I try to be just as impressed with what I see around me. When I come back and walk around Montréal, a street corner may suddenly remind me of the Middle East, or an architectural detail can take me back to Indonesia, for example. These reminders make me want to try neighbourhood restaurants owned by expats. I’m interested in these people and in what motivated them to come live here. I appreciate Québec, my home, more and more: the culture, the language, the people. Our music, our traditions fill me with joy!

And I try to be as spontaneous at home as in my travels: I can call my friends at the last minute to organize a picnic in the park, for example, or paddleboard on the St-Lawrence River, or go mountain biking, or camping in Gaspé, or just to admire the graffiti in my neighborhood. I become a tourist in my hometown.

Tell us about a travel encounter that had a significant impact on you.

I guess it’s funny that my most significant encounter happened with someone whose name I don’t know. Since he never told me, I nicknamed him Jesus.

I was just leaving Vanuatu, a place where a few incidents made me doubt my instincts and fear strangers. I still felt a bit guilty because I wasn’t able to appreciate Vanuatu as much as the other countries where I had traveled before. Then, when I arrived on Fiji Island, I felt better immediately, but still… I was walking in the public square when Jesus smiled at me and said hello. Dirty hair, no shoes, worn-out clothes, I could easily have judged him by his appearance and never stopped to talk to him. But I sat next to him and asked him what he did for a living. He was travelling the world with no money, stopping from time to time to work for food and shelter. He dedicated his life to others and lived carefree. He would always find a way to handle any situation, and he truly believed in human kindness. When I told him about my trip to Vanuatu, he told me not to worry about it. He taught me that I can’t force myself to like a certain place and I should always follow my heart, never second-guess myself and just move on to the next destination.

After our conservation, I was back on my feet, once again thinking clearly and positively. I was ready to trust again and enjoy my trip.

You just got back from a trip to New Zealand, right after South Africa. What would you recommend in each of these two countries?

In South Africa, I would recommend a safari in Kruger Park, then a hike in the Drakensberg Mountains, and finally a rush of adrenaline with a bungee jump in Port Elizabeth.

New Zealand offers magnificent hiking trails, including the Tongariro Alpine Crossing (19.4 km). Also, take a break at Cathedral Cove and Hot Water Beach (Coromandel Peninsula) and catch a wave in Raglan.

Your fans know that you’re passionate about photography. Is that the best way to share your travel experiences? In fact, I know that you have something special in store for us in 2017… Can you tell us about it?

I still believe that a picture is worth a thousand words. It’s the best way for me to share my adventures.

But for people who want details about life away from home, my sister Léonie and I have put together a book that combines my travel highlights, my nicest photos, the thought process that led me to become a full-time traveller and, of course, my thoughts on the world and on life. It’s an emotional book, and it still gives me goosebumps when I read it. I know it will have the same effect on you!

And now a little test for you! Show us three of your favorite photos from New Zealand and South Africa, and explain in a few words why they mean so much to you.

Diving with sharks in Umkomaas, South Africa

Diving with sharks in Umkomaas, South Africa

Where: Diving with sharks in Umkomaas, South Africa

I particularly like this picture because it represents a nice accomplishment for me: taking a selfie with sharks! I have to admit, I’m a big fan of sharks! On that day, I was like a kid in a candy store.

Tongariro Alpine Crossing in New Zealand

Tongariro Alpine Crossing in New Zealand

Where: Hiking the Tongariro Alpine Crossing in New Zealand

I just love this picture because it really gives you a sense of how unique this place is. The arid scenery in beige and grey, geysers in the background, with two magnificent turquoise lakes adding a special touch! My jaw just dropped when I saw these beautiful colors which, by the way, match my backpack. LOL!

Afrique Du Sud - Lesotho

South Africa – Lesotho

Where: Family hut in Lesotho

A family welcomed us into their home with bread and home-brewed beer. I was happy to be able to capture a moment in their daily life. While they don’t have much, these people are happy, friendly and kind. They are called « Blanket People » because they wear multicolored blankets symbolizing a certain social status. Interesting fact, when I posted this picture on Facebook, someone pointed out an important detail: since storms occur often and the surface is flat in this area, the tire on the roof serves as a lightning protector.

Tell us about your collaboration with Osprey. Why did you choose that brand? What are the benefits when you travel?

When I travel, my backpack is sort of my home. It must be sturdy, comfortable, easy to use, multi-functional, adjustable to my size, and lightweight. Osprey is a well-established company that offers packs perfectly suited to my travel needs: very high quality and a lifetime warranty. They are so comfortable that I can carry them on my back over long distances without feeling any pain, and go on a trek the next day with a pack specially designed for that purpose. In short, Osprey is a great addition to my wandering lifestyle!

As far as accessories go, I always leave with two compression sacks, a 20-litre and a 12-litre. This way, I can better organize my clothes and find them more quickly! And when I go hiking, I never leave without my hydration pack!! Or without my toiletry organizer.

And finally, 10 quick questions…

Travelling in the summer or winter?

Summer.

Suitcase or backpack?

Ariel 65-liter backpack, my best friend!

Road map or GPS?

GPS on my cell phone.

Staying at a hotel or with the locals?

With the locals.

Sports trip or relaxing trip?

Sports trip.

In winter… ski or snow?

Snow.

Travelling with someone else or solo?

Both.

Facebook or Instagram?

Ah, tough question. Both. Instagram because it’s only photos and it’s exactly what I like. Facebook, to stay in contact with people and tell stories!

When you come back to Montréal… bagel or poutine?

Neither one. A great big salad at Crudessence!

A message for your followers?

Thank you for being part of my life and my travels every day!

 

 

Thank you Lydiane. Looking forward to following you on your next adventures!

Follow our ambassador on Instagram (@lydianeautourdumonde), Facebook and her blog.


Entrevue avec Lydiane “Autour Du Monde”,

ambassadrice Canadienne pour Osprey.

Lydiane "Autour Du Monde", ambassadrice Canadienne pour Osprey

Lydiane “Autour Du Monde”, ambassadrice Canadienne pour Osprey

En 2013, Lydiane St-Onge prenait la décision de laisser derrière elle la carrière d’agente immobilière qui lui était promise, mais également sa routine quotidienne en vendant tous ses biens et ainsi se lancer dans une grande aventure pour explorer le monde, être heureuse et suivre ses rêves. Ses buts : pousser ses limites physiques et psychologiques, se confronter à ses peurs, voyager de façon responsable et engagée, prendre le temps de connaître les personnes qui l’accueillent dans leur communauté et, par-dessus tout, inspirer les gens à voyager et voir le monde au travers d’un regard différent.

Les aventures de cette jeune femme “nomade-née”, pour qui le monde est un vaste terrain de jeu, ont vite gagné en popularité en attirant l’attention de plus de 118 000 personnes sur ses pages Facebook et Instagram Lydiane Autour Du Monde, où elle raconte et partage ses expériences avec le public. Il n’y a aucun doute : sa décision de tout laisser derrière elle et de suivre ses rêves a eu un écho retentissant sur un grand nombre de ses admirateurs. Désormais, avec sa propre émission de télévision, son site internet pour conseiller les voyageurs, la sortie de son livre en Février 2017, sa tournée de conférences et plusieurs entrevues, Lydiane est en passe de devenir la référence de la province du Québec en ce qui concerne le « voyage sac à dos ».

Voici donc le récit de notre rencontre avec Lydiane, l’une de nos ambassadrices Osprey, dans lequel elle nous parle de sa vision du voyage, ses buts et objectifs et nous explique pourquoi elle a choisi Osprey pour l’accompagner dans ses aventures.

Lydiane "Autour Du Monde" en Nouvelle-Zélande

Lydiane “Autour Du Monde” en Nouvelle-Zélande

Salut Lydiane, nous avons réussi à te faire prendre une courte pause entre deux voyages! C’est donc le moment d’en savoir un peu plus sur toi. Pourrais-tu te présenter en quelques mots pour celles et ceux qui ne te connaissent pas encore?

Salut! Je suis donc une fille qui adore le voyage sac à dos. En fait, tellement, que c’est devenu mon métier! Je tiens une page Facebook qui me sert de blogue et qui donne un objectif à toutes mes aventures, celui de les partager pour faire connaitre la beauté du monde, mais aussi des gens qui l’habitent. Je dirais aussi que je suis une sportive dans l’âme et que je raffole de nouveaux défis!

 

Raconte-nous l’histoire de ton changement de vie. Pourquoi as-tu pris cette décision? Quel a été le facteur déclencheur?

Mes questionnements ont commencé quand j’étais courtière immobilière à Trois-Rivières, car je travaillais 80 heures/semaine. En deux ans à peine, j’avais réussi à atteindre mes objectifs de carrière: avoir un excellent salaire, une voiture décapotable, une maison. Mais je me suis rendue compte que ça me laissait vide. Parce que ma vie n’était pas équilibrée. Je ne faisais que travailler sans cesse et accumuler les possessions matérielles et le stress. J’étais prise dans une spirale et je ne savais plus comment en sortir. J’ai commencé à lire des livres qui parlaient du bonheur. J’ai pris des vacances pour souffler un peu: un mois en Namibie. Le voyage m’a permis de prendre du recul par rapport à ma situation, de constater que j’étais en train de passer à côté de ma vie, à toute vitesse, sans savourer le moment présent. À mon retour au travail, j’ai su qu’un mois de vacances ne me suffirait pas. J’avais vraiment besoin de repartir. Et je voulais voyager au plus vite, librement et sans limite de temps. Pas dans 10 ans, pas dans 5 ans, maintenant. J’ai tout remis en question et je suis passée à l’action. J’ai cédé ma business, vendu ma voiture, mes biens, ma maison. Et c’est comme ça que je suis partie avec mon sac-à-dos et un aller-simple en poche.

Lydiane "Autour Du Monde" en Nouvelle-Zélande

Lydiane “Autour Du Monde” en Nouvelle-Zélande

Le premier voyage est une étape marquante dans la vie de chacun. Qu’as-tu ressenti lors de cette expérience? Tes réussites, les enseignements rapportés de cette aventure, et même les moins bonnes surprises…

Si je ne compte pas toutes les fins de semaine en famille à faire du camping ou mon premier échange étudiant à 16 ans… Je dirais que mon premier grand voyage a eu lieu en 2006, quand j’avais 19 ans. Je suis partie sur un coup de tête avec ma sœur Léonie, pour un an en Europe… avec 2000$! Ah ah! Nous avions quand même trouvé un travail en France et un logement en avance, ce qui nous donnait un petit coup de pouce côté budget. Mais après trois mois, nous en avions assez et nous sommes parties pour l’aventure! Nous avions soif de liberté! Une nouvelle vie s’offrait à nous: décider au jour le jour de ce que nous avions envie de faire, écouter notre instinct, admirer les paysages, avoir tout le temps du monde pour profiter de ce qui nous plaisait. Et je sais que c’est à ce moment que j’ai pensé: «je pourrais vivre ainsi pour toujours. Encore et encore. » Une nouvelle passion était née.

Et tous les hasards et toutes les rencontres confirmaient que nous étions sur la bonne voie. Nous nous sommes fait des amis avec qui nous sommes toujours en contact à ce jour. Notre plus grande réussite a été d’avoir le courage de quitter le travail qui ne nous plaisait pas pour écouter nos envies et de réussir à voyager un an avec un budget de  2000$ au départ! Maintenant, je sais que je peux me débrouiller dans toutes les situations, que je ne serais jamais mal prise! Je suis capable de trouver un travail n’importe où, et je sais que mon instinct saura toujours me guider au bon endroit. Et par-dessus tout, j’ai appris qu’il y a tellement de choses à voir dans le monde. Et tellement à apprendre!

Si j’avais à changer une chose, ce serait le poids de ma valise. C’était ridiculement lourd et plein de choses inutiles! (repasseur portatif, talons-hauts, fer-plat, radio, beaucoup trop de vêtements)

Nous avons aussi appris à nos dépends qu’il ne faut pas faire confiance à tout le monde. Notre trop grande naïveté nous a mis dans le pétrin au Maroc, mais heureusement, la chance a toujours été de notre côté et nous nous en sommes bien sorties. L’important à retenir est qu’il faut se renseigner convenablement sur les mœurs d’un pays et se préparer un minimum avant d’y mettre les pieds; les exigences d’entrées et sorties, posséder de l’argent liquide dans la bonne devise, savoir à quel hôtel on va, savoir dire quelques mots de la langue et, idéalement, disposer d’une carte de la ville.

Lydiane au dessus de la ville du Cap, Afrique du Sud

Lydiane au dessus de la ville du Cap, Afrique du Sud

Le mode de vie « nomade » fait rêver beaucoup de jeunes gens de nos jours. Cependant, quels sont les obstacles ou questionnements personnels qu’il impose? Quel sont tes conseils pour les surmonter?

Quand on devient nomade, il faut premièrement se demander quelle en est la raison véritable. Pour fuir? Pour partir en quête de bonheur? Ce mode de vie ne convient certainement pas à tout le monde. Pour moi, ça a d’abord été un grand pas de recul par rapport à ma vie et la pression qui est véhiculée par la société. Au départ, je considérais que le bonheur était ailleurs.

Après deux années consécutives de voyage, j’ai remarqué que je recréais une forme de routine partout où j’allais: café, yoga, adopter le quartier, me faire des amis, etc. Oui j’étais nomade. Mais j’avais besoin de m’accrocher à quelque chose, une routine qui me sécuriserait. De plus, mes amis et ma  famille me manquaient. Mes rencontres à l’étranger ne remplaceraient jamais mes proches du Québec. Plus j’étais loin d’eux, plus je comprenais à quel point ils étaient importants et précieux.

Alors, pour équilibrer le tout, j’ai commencé à morceler mes voyages. À partir plus souvent, mais pour de moins longues durées. Je garde dorénavant un pied à terre au Québec, un endroit que je peux appeler mon “chez-moi”. Car j’ai besoin de poser mon sac de temps en temps et de mettre mes vêtements dans des tiroirs!

Je me sers beaucoup de Skype pour garder contact avec mes amies, ma famille. Tenir un blogue me fait un grand bien aussi! Ça crée un lien en tout temps avec mon Québec, ça nous connecte!

Bref, si vous voyagez beaucoup, vous allez-vous rendre compte que voyager pour voyager, un jour, ça ne suffit plus. Il faut trouver une raison derrière. Une quête, un but. Moi c’est le blog qui est devenu mon but: faire voyager et apprendre aux autres la beauté et la diversité du monde à travers mes yeux, mes photos, mes anecdotes. Mais ça pourrait être par le biais du bénévolat, d’un échange étudiant, d’un travail à l’étranger!

Je me considère toujours comme une nomade, parce que j’aurai toujours la « bougeotte » et le besoin de partir en voyage au minimum 6 mois par année (entrecoupé), mais j’ai quand même une partie de moi qui a besoin de sédentarité!

 

Que t’apporte tes voyages lorsque tu es de retour « à la maison »? Ton regard sur le monde doit passer par différents états je suppose?

Quand je reviens de voyage, je tente de conserver cette capacité à m’émerveiller. Quand je reviens et que je marche à Montréal, un coin de rue peut me rappeler soudainement le Moyen-Orient, ou un détail dans l’architecture peut me ramener en Indonésie, par exemple!  Cela me donne envie d’essayer les restos de mon coin, qui sont tenus par des expatriés. Je suis plus intéressée de connaitre l’histoire des gens et ce qui a motivé leur choix de venir vivre ici. J’apprécie de plus en plus mon Québec: la culture la langue, les gens. Notre musique, nos traditions me remplissent de bonheur. Je les apprécie maintenant plus encore!

Et je tente de conserver la spontanéité que j’avais en voyage: j’appelle mes amies à la dernière minute, j’organise un pique-nique dans le parc, j’essaie le « paddle board » sur le St-Laurent, le vélo de montagne, je pars en camping en Gaspésie, j’admire les graffitis dans les rues près de chez moi, je joue à la touriste, mais chez moi.

 

Raconte-nous l’histoire d’une rencontre de voyage qui t’a plus particulièrement marquée.

C’est ironique, car c’est probablement la rencontre la plus significative que j’ai faite, mais je ne connais pas le nom du garçon, car il ne me l’a jamais dit. Je l’ai surnommé Jésus.

Je quittais tout juste le Vanuatu, un endroit où quelques mésaventures m’avaient fait douter de mon instinct et fait craindre les étrangers. Une part de culpabilité demeurait, dû au fait que je n’avais pas su apprécier le Vanuatu autant que les autres pays que j’avais visités avant. Et j’arrivais maintenant sur l’Île de Fidji. Je m’y sentais déjà mieux, mais tout de même. Je marchais sur la place publique quand Jésus m’a souri, puis dit bonjour. Cheveux sales. Il n’avait pas de chaussures et portait des vêtements usés. J’aurais pu le juger, et ne jamais m’arrêter pour lui parler, mais je me suis assise avec lui et je lui ai demandé ce qu’il faisait dans la vie. Il voyageait d’un endroit à l’autre, sans argent. Il s’arrêtait pour travailler en échange d’un logis et de nourriture. Il consacrait sa vie aux autres et vivait avec un tel abandon face aux hasards de la vie… Il trouvait toujours une façon de s’en sortir et croyait fondamentalement en la bonté humaine. Quand je lui ai parlé de mon voyage au Vanuatu, il m’a dit de ne pas m’en faire. Il m’a appris que je ne devais pas me forcer à être bien quelque part. Mon cœur a toujours raison et je ne dois pas m’obstiner avec lui. Si j’ai le sentiment de ne pas être bien, c’est que c’est vrai et que je dois trouver une solution pour aller de l’avant, vers un endroit qui me rendra heureuse. Sans chercher à me convaincre du contraire, sans remords.

Après notre conversation, j’étais comme remise sur pied, avec les pensées claires et positives. J’étais prête à faire confiance aux gens à nouveau. Je reprenais goût à mon voyage.

 

Tu rentres tout juste d’un voyage en Nouvelle-Zélande, juste après avoir parcouru les routes de l’Afrique du Sud. Peux-tu nous donner trois expériences à vivre dans chacun de ces deux pays?

Au sujet de l’Afrique du Sud, je vous conseille de faire un Safari dans le Kruger Parc, puis de prendre le temps de faire une randonnée dans la région de Drakensberg et enfin de faire monter votre taux d’adrénaline avec un saut en « bungee » à Port Elizabeth.

La Nouvelle-Zélande vous offrira des randonnées magnifiques, notamment celle du Tongariro Alpine Crossing (19,4 km). Prenez également une pause du côté de Cathedral Cove et Hot Water Beach (Péninsule de Coromandel) et sauter sur votre planche de surf à Raglan.

Tes fans connaissent ta passion pour la photo! Est-ce le meilleur moyen de partager tes souvenirs de voyages? Je crois d’ailleurs savoir que tu nous prépares quelque chose de spécial en 2017… Peux-tu nous en parler?

Je continue de croire qu’une image vaut mille mots. La photo est le moyen le plus efficace pour partager mes voyages sans trop me voler le moment présent.

Mais pour ceux qui sont plus curieux de savoir au jour le jour comment se passe la vie en voyage, ma sœur Léonie et moi avons concocté un livre rassemblant mes expériences de voyage les plus marquantes, mes plus belles photos, le questionnement qui m’a mené à devenir une voyageuse à temps plein, et bien entendu, où je partage mes réflexions sur le monde et la vie. C’est un livre riche en émotions qui me redonne encore des frissons lorsque je le lis. Il vous fera voyager c’est certain!

 

Petit défi pour toi maintenant! Présente-nous trois de tes photos favorites en Nouvelle-Zélande ou Afrique du Sud, et explique-nous en quelques mots pourquoi elles sont si particulières à tes yeux.

 

Plongée avec les requins à Umkomaas en Afrique du sud

Plongée avec les requins à Umkomaas en Afrique du sud

Où: Plongée avec les requins à Umkomaas en Afrique du sud

J’aime particulièrement cette photo, car elle représente un bel accomplissement pour moi: prendre une selfie avec des requins! Il faut dire que je suis vraiment fan des requins et que je trouve que se sont de magnifiques animaux! Ce jour-là, j’étais tellement contente que j’avais l’air d’avoir 4 ans et demi.

 

nouvellezelande-tongariro-051215-03

Où: Randonnée sur la Tongariro Alpine Crossing en Nouvelle-Zélande

Cette photo me fait tripper parce qu’elle transmet l’atmosphère unique de cet endroit. Le décor aride dans les tons de beige et de gris, des geysers plus loin, avec les deux magnifiques lacs de couleur turquoise, qui donnent un côté improbable au paysage! J’étais bouche-bée devant la beauté de la nature… et l’agencement de la couleur avec mon sac ah ah!

 

Afrique Du Sud - Lesotho

Afrique Du Sud – Lesotho

Où: Hutte d’une famille de Lésotho

Une famille nous avait accueilli chez elle en nous offrant du pain et de la bière brassée maison. Je suis heureuse d’avoir su capturer un moment de leur réalité. Même s’ils ne possèdent pas grand chose, ces gens sont heureux, accueillants et sympathiques. On les appelle “Blanket people” parce qu’ils s’habillent de couvertures multicolores, désignant un certain statut social. Curieusement, en plaçant cette photo sur ma page Facebook, un abonné m’a fait remarquer un détail important: parce les orages sont fréquents et que le terrain est très plat dans cette région, le pneu placé sur le toit évite d’être foudroyé par les éclairs.

 

Parle-nous de ta collaboration avec Osprey. Pourquoi avoir choisi notre marque? Quels avantages en tires-tu lorsque tu es en voyage?

Quand je voyage, mon sac à dos, c’est un peu ma maison. Il faut qu’il soit solide, confortable, facile à utiliser, multifonctionnel, ajustable à ma grandeur et léger. Osprey est une compagnie établie depuis longtemps, qui a fait ses preuves, avec des sacs qui correspondent parfaitement à mes besoins en voyage: de très grande qualité, en plus d’être garantie à vie. Ils sont tellement confortables que je peux les transporter longtemps sur mon dos sans avoir mal, partir le lendemain en trek et avoir un sac exprès pour ça. Bref, Osprey agrémente ma vie de nomade!

Du point de vue des accessoires, je pars toujours avec deux sacs de compression 20 litres et un 12 litres. Cela me permet de classer mes vêtements par catégorie et de m’y retrouver plus rapidement! J’amène aussi mon sac d’hydratation: un must pour la randonnée!! Ainsi que ma trousse de rangement de toilette.

 

10 questions rapides pour finir…

 

Voyage en été ou en hiver?

En été.

Valise ou sac à dos?

Sac à dos Ariel 65 litres, mon meilleur ami!

Carte routière ou GPS?

GPS sur mon téléphone cellulaire.

Dormir à l’hôtel ou chez l’habitant?

Chez l’habitant.

Voyage sportif ou relax?

Voyage sportif.

En hiver… Ski ou snow?

Snow.

Voyage accompagnée ou en solo?

Les deux.

Facebook ou Instagram?

Ah, question difficile. Les deux. Instagram parce que c’est juste de la photo et que c’est pile poil ce que j’aime. Facebook pour garder contact avec la communauté et raconter des anecdotes!

Quand tu rentres à Montréal… Bagel ou poutine?

Ni un ni l’autre. Une belle grande salade chez Crudessence!

Un message pour celles et ceux qui te suivent?

Merci de m’accompagner dans ma vie et mes voyages quotidiennement!

 

 

Merci à toi Lydiane, au plaisir de te suivre dans tes prochaines aventures!

Suivez notre ambassadrice sur Instagram (@lydianeautourdumonde), Facebook et son blogue.