10 minutes with (avec) David Gheriani – Osprey Packs Experience
Poco Safety Notices
10 minutes with (avec) David Gheriani

10 minutes with (avec) David Gheriani

(Version Française en bas de la page)

Interview with David Gheriani,

new Osprey Packs Canadian Ambassador.

 

Rusutsu, Hokkaido, Japan

Rusutsu, Hokkaido, Japan

 

David Gheriani grew up in Québec, where he discovered his passion for skiing, mountain biking and the outdoors. He was fortunate to move with his family to North Vancouver, BC when he was 16, and has been in coastal BC ever since. He competed for a few seasons on the IFSA Freeskiing World Tour before seguing into film and photoshoot opportunities in the Whistler/Pemberton area. These days, he’s happy to call Pemberton, BC, his home and use it as a base area from which to adventure up and down the Sea-to-Sky corridor and as a calm place to return to after travelling to remote, mountainous areas of the world. He considers himself incredibly fortunate to be surrounded by not only some of the greatest and most inspiring terrain a skier could ask for, but also to have the honor of adventuring with the most talented and dependable partners a man could ask for.  Life is good in the mountains!

 

David Gheriani, new Osprey Packs Ambassador

David Gheriani, new Osprey Packs Ambassador

 

Learn more about David’s vision of skiing, his goals and objectives on the slopes and why he chose to work with Osprey in his full interview below.

 

Hi David, first, Osprey Packs is proud to welcome you into our ambassador family. It’s time to know more about you. Could you please introduce yourself and explain to us what you do as a skier?

Thanks, I’m honored to be able to represent Osprey Packs! I’m a big mountain skier/ski mountaineer based out of beautiful Pemberton, BC.  I’m fortunate enough to get to spend my winters (and some parts of the summer) in the mountains seeking out challenging and aesthetic ski descents. Living so close to a world renowned resort like Whistler/Blackcomb, and probably the most amazing backcountry skiing in North America, there is no lack of inspiration around here! Although my first love is still the more traditional “big mountain” type ski descents, littered with cliffs and airs, I’ve really gotten into more remote, technical descents in the past few years as well.

 

What are your upcoming objectives for the 2017 season?

There are a few local zones that I would like to explore some more this winter.  The backcountry around Pemberton is truly world class!  That being said, I’m also hoping to make a trip to Europe as well as return to Alaska, which I got hooked on last spring.

 

How do you train? What do you like the most in training, and what do you need to improve on?

My training regimen has always involved a strength element, usually at the gym as well as a cardio element provided by mountain biking and trail-running in the summer/off-season.  These days, I focus a lot on stretching as well, every morning and every evening, in addition to using a foam roller to keep my muscles loose.  I still prefer strength training at the gym (caveman type workouts, haha) but do that less and less these days as keeping my flexibility is more important.  I’d say I do a pretty good job of staying fit, especially since most of my past-times are strenuous activities in and of themselves, but I could always benefit from a little more discipline!  I may or may not have a sweet tooth…

 

Niseko-Annupuri Backcountry, Japan

Niseko-Annupuri Backcountry, Japan

 

If you were to bring me on your favorite ski line, where would that be?

One of my favorite ski lines, to this day, is a line in the “slack-country” off Blackcomb called “Don’t Swill”.  It starts off with 3 or 4 very steep, exposed turns followed by a smooth traverse to the left that you then link into 2 swooping turns on a shelf of sorts that line you up for a solid 30 foot air out with a nice landing and long run out.  It’s a real good shot of adrenaline to the system!

As well, living in Pemberton, it would be impossible to not want to ski Mt. Currie, as it dominates the skyline of the town from most angles.  I’m fortunate to have enjoyed a few incredible descents of the couloirs known as the “Pencils” visible on the upper main North face of Currie.  It didn’t hurt that there was also pow to the valley when I skied them!

 

What is your emotional connection to your sport, the snow and the places you ski?

Skiing is something that I have done for as long as I can remember.  At no point in my life (after 4 years of age) was I ever not enjoying skiing in some way, shape or form.  It’s still the single most enjoyable activity I have ever done, but more than that, it constantly provides me with a challenge and the ability to push my boundaries, scare myself and improve.  I would say I’m probably most at home in the mountains, with a few close, trusted friends, away from the noise that makes up our modern world.  Life in the mountains is, in my mind, a more pure existence, stripped of the safety net of modern society where instead, you are responsible for yourself and your decisions.

 

What are your inspirations? How do you keep the focus and motivation?

I’m fortunate that the community I live in is filled with inspirational people that have accomplished so much in the domain of backcountry skiing.  I mean, the Sea-to-Sky corridor is, in my mind, one of the epicenters of backcountry skiing in the world.  Many legends and icons of skiing call Whistler and Pemberton home. Staying focused and motivated isn’t honestly all that hard.  I enjoy what I do so much that I take every possible opportunity to get out there and do it more.  I’ve joked with friends before that all it takes is that one powder turn to remind you of just how much of an amazingly enjoyable activity skiing truly is!

 

Mount Washington, Vancouver Island, BC / Photo Credits: Reuben Krabbe

Mount Washington, Vancouver Island, BC / Photo Credits: Reuben Krabbe

 

We see you often on the cover of ski magazines. Could you tell us more about your work with professional photographers?

Well, I wouldn’t say often, haha, but I have been fortunate enough to get a couple covers.  Working with photographers really comes down to being able to properly communicate amongst yourselves in such a way that the photographer can convey to the athlete his vision for the photo and the athlete can grasp it and properly execute what is asked of him. Often, it’s much easier said than done. It should come as no surprise that the more experience a team (photographer and skier) has together, the easier it is.  As an athlete, I just always try and come at it with the attitude that I’ll ask questions till I’m sure we’re on the same page and will then put in whatever amount of hard work is required to be successful.  Ski photography might make it look like it’s just snapping pictures of skiers doing their thing but an immense amount of work goes into a great photo, both in front of and behind the lens! I’ve been truly lucky to get to spend some time in incredible locations working with and getting to know a bunch of different photographers I’m proud to call my friends.

 

Can you tell us how a typical photoshoot leads to such amazing pictures?

I’d say there really is no such thing as a typical day! A day of shooting photos can be everything from going up Whistler/Blackcomb early in the morning to catch first light to being in some precarious spot in a truly remote area and everything else in between.  That’s part of the beauty of ski photography; it can evoke a sense of lust or envy when looking at a deep powder turn or a sense of awe and fear when looking at a photo of a particularly exposed or dangerous line.  I can tell you that generally you get up early, work hard all day and then go to sleep tired quite late at night, haha.

 

Mount Washington, Vancouver Island, BC / Photo Credits: Reuben Krabbe

Mount Washington, Vancouver Island, BC / Photo Credits: Reuben Krabbe

 

Why did you choose Osprey Packs for your equipment?

The line of packs that I use most would be the Kamber and prior to last year, the Kode, its predecessor.  My go-to pack these days is the Kamber 32 as I find it’s big enough to fit anything I need in it for a “normal” day but it also cinches down nice and tight when minimally loaded and sits nice and flush to my back.  On days when I consider it prudent to do so, I use my Kamber 22+10 ABS compatible pack as having an avalanche airbag is a good option in certain conditions.  When I need to carry a heavier load, I use a Variant 52 as it is really lightweight but carries a heavy load very comfortably and efficiently.  I also use every size of Transporter duffel to keep my gear and myself organized!

 

Ready for a ride?

Thanks David, we wish you a great season!

Follow him on…

Instagram : @davegheriani

Website : www.davidgheriani.com

 

 


(version en Français)

Entrevue avec David Gheriani,

nouvel ambassadeur Canadien pour Osprey.

Rusutsu, Hokkaido, Japon

Rusutsu, Hokkaido, Japon

 

David Gheriani a grandi au Québec, où il a découvert sa passion pour le ski, le vélo de montagne et le plein air. A 16 ans, sa famille part s’installer à North Vancouver, BC sur les côtes de la Colombie-Britannique, où il vit encore actuellement, Après plusieurs saisons de compétition sur le Tour Mondial de ski libre (Freeskiing) IFSA, il se tourne vers des opportunités de production de films et de photos dans la région de Whistler et Pemberton. Aujourd’hui, il est heureux de considérer Pemberton, BC comme sa maison et de l’utiliser à la fois comme « camp de base » à partir duquel il s’aventure dans le corridor le « Sea-to-Sky », mais également comme lieu de repos après avoir voyagé dans des zones montagneuses et éloignées du monde. Il se considère comme incroyablement chanceux d’être non seulement, entouré par le plus beau et inspirant des terrains pour tout skieur, mais également d’avoir l’honneur de partir à l’aventure avec des partenaires talentueux et fiables. La vie est belle dans les montagnes!

 

David Gheriani, nouvel ambassadeur Osprey Packs

David Gheriani, nouvel ambassadeur Osprey Packs

 

Au fil de cette entrevue, David nous parle de sa vision du ski, ses buts et objectifs sur les pentes et nous explique pourquoi il a choisi de travailler avec Osprey.

 

 Bonjour David, tout d’abord saches que Osprey est fier de t’accueillir dans la famille de nos ambassadeurs. Peux-tu te présenter en quelques mots et nous expliquer ce que tu fais en tant que skieur?

Merci, je suis honoré de pouvoir représenter Osprey! Je  suis un skieur de haute montagne/skieur alpiniste installé à l’extérieur de la belle ville de Pemberton, BC. J’ai la chance de pouvoir passer mes hivers (et une partie de l’été) dans les montagnes à la recherche de descentes à la fois esthétique et représentant un nouveau défi. Lorsque l’on vit si proche d’un centre de ski reconnu mondialement  comme Whistler/Blackcomb, qui est probablement le meilleur site de ski alpin en Amérique du Nord, on ne peut pas manquer d’inspiration! Bien que mon « premier amour » soit les descentes de « grandes montagnes » plus traditionnelles, avec leurs falaises et de grands sauts, je me suis également intéressé aux lieux plus éloignés et plus techniques lors des dernières années.

 

Quels sont tes principaux objectifs pour la saison 2017?

Il y’a plusieurs zones proches que j’aimerais explorer un peu plus cet hiver. L’arrière-pays autour de Pemberton est vraiment superbe! Cela dit, j’espère également faire un voyage en Europe ainsi que retourner en Alaska, dont je suis tombé « accro » au printemps dernier.

 

Quelle est ta méthode d’entraînement? Qu’est-ce que tu préfères dans l’entraînement, et qu’est-ce que tu as besoin d’améliorer?

Ma routine d’entraînement a toujours impliqué une part de force, généralement à la salle de sport, ainsi qu’un aspect « cardio » que je vais chercher dans le vélo de montagne et dans la course sur sentier dans la saison estivale. Ces derniers temps, je me suis également concentré sur la souplesse, chaque matin et chaque soir, ainsi que du travail d’étirement avec un rouleau en mousse pour garder mes muscles détendus. J’ai une préférence pour les entraînements en « puissance » au gym mais je le fais de moins en moins depuis quelques temps, car « conserver ma souplesse » est devenu une priorité. Je pense pouvoir dire que je fais un travail assez bon lorsqu’il s’agit de rester en forme, spécialement depuis que mes passe-temps sont pour la plupart des activités fatigantes mais un peu plus de discipline ne me ferai pas de mal! Je l’avoue, j’ai un faible pour les friandises…

 

Dans l'arrière-pays de Niseko-Annupuri, Japon

Dans l’arrière-pays de Niseko-Annupuri, Japon

 

Où nous emmènerais-tu si tu devais nous faire découvrir ta descente favorite?

Une de mes lignes favorites, à ce jour, se trouve dans le secteur hors-piste au-dessus de Blackcomb et se nomme « Don’t Swill ». Elle démarre avec 3 ou 4 virages inclinés, suivis par une traverse exposée vers la gauche, qui vous embarque vers deux virages inclinés, puis un replat. Ensuite, il faudra vous lancez dans un solide saut de 30 pieds avec un bel atterrissage pour finir vers une longue trajectoire de sortie. Une vraie bonne dose d’adrénaline!

Il serait également impossible de vivre à Pemberton sans vouloir aller skier sur le Mont Currie tant il domine l’horizon de la ville sous tous les angles. J’ai eu le privilège de faire d’incroyables descentes dans des couloirs connus sous le nom de « Pencils », visibles depuis la face Nord supérieure de Currie. Et il est toujours bon de rappeler que la vallée est couverte de poudreuse lorsque je les skie!

 

Peux-tu nous parler de ta connexion émotionnelle entre ton sport, la neige et les endroits où tu skies?

J’ai toujours skié, autant que je m’en souvienne. A aucun moment dans ma vie je n’ai pas pris plaisir à skier, peu importe de quelle façon, ou dans quel état de forme. Cela reste la meilleure activité que je n’ai jamais faite et plus encore, elle me donne constamment un nouveau défi et la force de repousser mes limites, me faire peur et progresser. Je pourrais dire que je me sens à la maison lorsque je suis à la montagne, avec quelques proches, mes meilleurs amis, loin du bruit de notre monde moderne. La vie dans les montagnes est, dans mon esprit, une existence plus pure, sans le filet de sécurité offert par la société moderne car vous devenez responsable de vous-même et de vos décisions.

 

Quelles sont tes inspirations? Comment gardes-tu ta concentration et ta motivation?

J’ai la chance de faire partie d’une communauté qui est remplie de gens très inspirants, qui ont accompli de grandes choses dans le domaine du ski hors-piste. Je veux dire par là que le couloir « Sea-to-Sky » est l’un des épicentres de la discipline dans le monde. Beaucoup de légendes et d’icônes du ski considèrent Whistler et Pemberton comme leur maison. Rester concentré et motivé ne sont pas les deux choses les plus difficiles. J’aime tellement ce que je fais que je prends toutes les opportunités possibles pour en faire plus. Je fais souvent la blague de dire à mes amis qu’il ne suffit que d’un virage dans la poudreuse pour se rappeler combien le ski est une activité incroyablement agréable!

 

Mont Washington, Vancouver Island, BC / Photographe: Reuben Krabbe

Mont Washington, Vancouver Island, BC / Photographe: Reuben Krabbe

 

Nous te voyons souvent sur les couvertures des magazines de ski. Peux-tu nous en dire plus sur ton travail avec les photographes professionnels?

Pas si souvent que cela, mais j’ai été assez chanceux de faire quelques couvertures. Travailler avec des photographes permet de mieux communiquer sur vous-mêmes, de telle façon que le photographe puisse transmettre sa vision pour la photo, et ainsi que l’athlète exécute parfaitement le mouvement demandé. C’est toujours plus facile à dire qu’à faire! Sans surprise, plus le duo a de l’expérience de travail ensemble, et plus ce sera facile. En tant qu’athlète, je fais toujours en sorte de poser un maximum de questions pour être certain que nous sommes bien sur la même page, et par la suite je mettrai tous les efforts en œuvre pour atteindre le succès. La photographie de ski pourrait laisser penser qu’il suffit simplement d’appuyer sur le déclencheur de la caméra, mais cela prend énormément de travail pour obtenir une belle photo, à la fois devant et derrière la lentille de l’appareil! J’ai été très chanceux de passer du temps dans des endroits incroyables pour travailler avec différents photographes, que je suis désormais fier de considérer comme mes amis.

 

A quoi ressemble une journée « type » pour prendre de telles photos?

Il est difficile de définir une journée « type »! Une journée de tournage peut avoir de multiples formes, d’un réveil très matinal pour se rendre à Whistler/Blackcomb pour attraper les premiers rayons de lumières, jusqu’à se rendre dans des zones très difficiles et éloignées, sans compter toutes les alternatives entre ces deux extrêmes. C’est ce qui fait la beauté de cet exercice, dans lequel vous pouvez faire naitre le désir et l’envie à la vue d’un virage dans la poudreuse, mais également éveiller des craintes et des peurs en mettant de l’avant une exposition au danger ou une ligne particulièrement risquée. Je peux vous dire que généralement vous vous levez tôt le matin, pour ensuite travailler fort toute la journée et vous coucher, épuisé, très tard le soir.

 

Mont Washington, Vancouver Island, BC / Photographe: Reuben Krabbe

Mont Washington, Vancouver Island, BC / Photographe: Reuben Krabbe

 

Pourquoi avoir choisi Osprey pour ton équipement?

J’utilise principalement la série de sacs Kamber, et auparavant son prédécesseur, le Kode. Ces derniers temps, je sors skier avec mon Kamber 32 car je le trouve suffisamment volumineux pour embarquer tout ce dont j’ai besoin pour une journée « normale ». De plus, il reste tout à fait stable et ajusté, même avec un volume de charge moins important, il conserve un ajustement parfait sur mon dos. Les jours où je dois évaluer mes sorties avec prudence, j’utilise mon Kamber 22+10 compatible avec le système de sécurité en cas d’avalanche : ABS. L’utilisation de cet « airbag » dans certaines conditions, est une très bonne option, qui peut vous sauver la vie. Lorsque j’ai besoin de transporter une charge plus lourde, j’utilise le Variant 52, car il est très léger et peut supporter un poids plus important, tout en restant très confortable et efficace. Enfin, je me sers de toutes les différentes grandeurs de sacs Transporter pour garder mon équipement organisé!

 

Prêt(e) pour une descente?

Merci David, nous te souhaitons une belle saison!

 

Suivez-le sur…

Instagram : @davegheriani

Website : www.davidgheriani.com